Cancer - et maintenant ?

Peut-on guérir d’un cancer du côlon ?

Il est fort heureusement possible de guérir d’un cancer du côlon. Il faut signaler au cours des dernières années des progrès significatifs dans l’efficacité des traitements. Grâce essentiellement à une prise en charge médicale et chirurgicale plus efficace, une baisse de la mortalité imputable à ce cancer  de l’ordre de 2% par an est observée dans la plupart des pays européens depuis le début des années 1990. En Suisse, la baisse de mortalité durant les vingt dernières années est estimée à 30% chez les hommes et 36% chez les femmes.

Cependant, les chances de survie sont essentiellement dépendantes du stade de diagnostic de cette maladie :

  • Plus de 95% des sujets diagnostiqués à un stade précoce (= cancers colorectaux de stade I, l’atteinte de la paroi intestinale est superficielle, sans extension à la zone musculeuse) sont toujours en vie 5 ans plus tard.
  • Seulement 10% des sujets diagnostiqués à un stade métastatique sont toujours en vie 5 ans plus tard.

Les progrès des traitements ne doivent pas masquer la réalité : le cancer du côlon reste une maladie redoutable et des efforts importants de prévention doivent être poursuivis. Seulement 60% des sujets atteints survivent cinq ans à l’issue du diagnostic de leur maladie, car ce cancer reste trop souvent diagnostiqué tardivement.  En effet, une tumeur du côlon se développe à partir de la couche superficielle de l’intestin (la muqueuse). Le développement de la tumeur va se réaliser vers la lumière de l’intestin mais également vers les couches musculaires plus profondes de la paroi. Cette progression profonde du cancer va permettre sa diffusion vers des organes périphériques. Les ganglions lymphatiques locaux pourront être envahis par des cellules cancéreuses,  ainsi que d’autres organes tels que le foie, les poumons, les os. Il est essentiel d’intervenir chirurgicalement sur la tumeur colique avant que la diffusion de cellules cancéreuses ne se soit produite dans d’autres organes. Cet élément est prépondérant sur la taille de la tumeur pour le pronostic de la maladie.

Sources:
- Bosetti C, Bertuccio P, Malvezzi M, et al. C. Cancer mortality in Europe, 2005-2009, and an overview of trends since 1980. Ann Oncol. 2013 Oct;24(10):2657-71.
- Office fédéral de la statistique (OFS), Institut national d’épidémiologie et d’enregistrement du cancer (NICER), Registre suisse du cancer de l’enfant. Le cancer en Suisse. Etat et évolution de 1983 à 2007. Neuchâtel : Office fédéral de la statistique (OFS), 2011.
- De Angelis R, Sant M, Coleman MP, et al. EUROCARE-5 Working Group. Cancer survival in Europe 1999-2007 by country and age: results of EUROCARE--5-a population-based study. Lancet Oncol. 2014 Jan;15(1):23-34.

Comment en guérir?

Un traitement chirurgical avec une ablation totale de la tumeur est essentiel pour la guérison d’un cancer du côlon. En fonction de son degré d’extension dans la paroi de l’intestin et de l’existence ou non de dissémination dans d’autres organes, le traitement chirurgical sera complété par une radiothérapie, voire une chimiothérapie. Plusieurs types de compétences médicales sont donc mises en œuvre pour la conduite du traitement, qui doit se discuter dans un contexte multidisciplinaire.

Organismes de soutien et de conseil

Plusieurs instances sont à disposition pour écouter, conseiller, aider à tous les stades de la maladie et de la guérison: